Théories économiques et croissance perpétuelle

Ecrit par spagano sur . Publié dans Croissance, Gestion des ressources, Macro-économie, Modèles économiques, Ressources non renouvelables, Théories économiques

Les modèles économiques et les ressources naturelles sont intrinsèquement liés dès l’émergence des premières sociétés agricoles il y a douze mille ans. Il faudra toutefois attendre l’arrivée de l’économie sociale et politique, et de la « science économique », pour que soient progressivement autonomisés les modèles économiques à partir des travaux de l’école classique anglaise et surtout lors de l’émergence de l’école néoclassique. Ainsi selon l’économiste contemporain Laurent Eloi, celle-ci amène une « rupture fondamentale entre les modèles économiques et l’environnement » :

Dans un premier temps, les théories économiques sont conçues selon des modèles dominés par la nature. , les contraintes du monde physique sont à la base des concepts économiques des physiocrates, pour qui « seule la terre était capable de donner plus qu’elle ne coûte ». Cette domination de la nature sur l’homme sera toujours d’actualité dans l’école classique anglaise, notamment chez Adam Smith. Ainsi, la progression linéaire des moyens de subsistance est selon Thomas Malthus incompatible avec une croissance exponentielle de la population : « L’homme ne maîtrise pas la nature : il profite de sa fertilité, mais en retour celle-ci lui impose son rythme d’exploitation et sa finitude ».

C’est avec l’école marginaliste, dont notamment Léon Walras, que les modèles économiques vont s’affranchir de la terre et construire des théories postulant une croissance perpétuelle, dans laquelle il suffit que le capital augmente au même rythme que la population. Dans les années 1930, l’économiste américain Harold Hotelling sera le premier à formuler un théorème sur l’exploitation des ressources non renouvelables, mais c’est l’économiste américain Robert Solow qui « démontre » en 1950 que le progrès technique, parce qu’il est un facteur d’agrandissement de la force de travail, peut permettre aux niveaux de vie de connaître une croissance indéfinie.

Ainsi affranchi de la terre comme facteur limitatif grâce à la croissance de la population et au progrès technique continu, le modèle économique néoclassique peut ainsi postuler une croissance perpétuelle.

ÉLOI Laurent (2009), Les économistes et l’écologie : une rencontre récente, Alternative Économique, Hors-Série n° 83, L’Économie Durable, page 18.

Rétrolien depuis votre site.

spagano

This information box about the author only appears if the author has biographical information. Otherwise there is not author box shown. Follow YOOtheme on Twitter or read the blog.

Laisser un commentaire